épistémologie

L'ensemble des articles ayant pour mot clé : épistémologie

Pages :12

Pratiquer l’interdisciplinarité : pourquoi persister ? Peer review

Nicole Mathieu | 07.02.2018

Chargée de conclure une journée consacrée à l’évaluation des pratiques pluridisciplinaires de jeunes chercheurs de formations disciplinaires diverses, l’auteure emmène le lecteur de l’article dans une mise en regard des postures et expériences de ces « débutants » avec les siennes, construites dans la longue durée de son itinéraire en interdisciplinarité. Après avoir relevé les points de convergence – s’extraire de la rigidité disciplinaire et inventer une méthode d’assemblage, notamment –, elle note les points qui divergent du sens qu’elle donne à l’interdisciplinarité : [...]

Une architecture des frontières.

Teyssot, Georges. 2016. Une topologie du quotidien. Lausanne : Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, coll. « Poche Architecture ».

Gaël Brulé | 07.07.2017

Dans Une topologie du quotidien, Georges Teyssot se pose en architecte des frontières. Ces dernières sont étudiées d’un point de vue physique, ontologique et épistémologique. Cette analyse part du constat que la frontière, telle qu’elle est pensée traditionnellement, ne permet plus de rendre compte des échanges entre intérieur et extérieur et ne rend plus compte des limites actuelles. Une nouvelle conception en est esquissée par Teyssot. [...]

Science, histoire des sciences et vérité scientifique.

Recension croisée de Guenancia, Pierre, Maryvonne Perrot et Jean-Jacques Wunenburger (dirs.). 2016. Bachelard et Canguilhem. Dijon : Cahiers Gaston Bachelard (n°14) et de Barreau, Aurélien. 2016. De la vérité dans les sciences. Paris : Dunod.

Hervé Regnauld | 19.04.2017

Que signifie la vérité pour les sciences ? Bachelard, Canguilhem et Dagognet, philosophes français qui étaient aussi mathématiciens et docteurs en médecine, ont avancé des idées à ce sujet. La vérité est quelque chose qui ne dépend pas de l’objet étudié, mais de la volonté du scientifique qui l’étudie. C’est une création subjective. Plus récemment, un philosophe docteur en astrophysique, Barrau, a élaboré un enjeu épistémique original en abandonnant le concept de vérité, qui ne serait pas ce que [...]

L’événement anthropocène.

Hervé Regnauld | 22.02.2017

Les sciences ont différentes méthodes pour penser la nouveauté. Parfois, elles la conçoivent comme l’évolution d’un système, d’autres fois la nouveauté scientifique est telle qu’elle incite à changer les paradigmes dominants. Il est extrêmement rare que la science ait à comprendre un événement assez radicalement impensable pour remettre en cause la quasi-totalité du savoir acquis. Il semble toutefois que ce soit le cas actuellement avec la notion politique d’Anthropocène, qu’aucune discipline actuelle ne sait comprendre en totalité. Il faut [...]

Penser ou dire non ?

Joseph Morsel | 06.10.2016

Le débat en cours entre économistes « orthodoxes » et « hétérodoxes », dans lequel ces derniers ont été taxés de « négationnisme économique », est aussi l'occasion, à distance et plus largement, de rappeler l'exigence scientifique de rupture par rapport aux paradigmes dominants, le caractère fantasmatique d'un écart épistémologique entre science exacte et science sociale et la nécessité impérative de distinguer entre enjeux scientifiques et enjeux académiques, ce qui implique de considérer que non seulement le débat est [...]

Mésologie des savoirs : sciences et contingence.

Rheinberger, Hans-Jörg. 2014. Introduction à la philosophie des sciences. Paris: La Découverte.

Romaric Jannel | 26.01.2016

La philosophie et l’histoire des sciences ont connu depuis le 19e siècle d’importantes évolutions. Des pratiques inédites et de nouveaux questionnements sont apparus, selon Rheinberger chez les scientifiques eux-mêmes, puis chez les philosophes. L’histoire des sciences et l’épistémologie furent peu à peu interrogées quant à leurs dimensions historique, sociale et anthropologique. Loin de nier l’importance de la recherche scientifique, l’auteur présente son caractère contingent. Faire science, c’est s’inscrire entre autres dans une époque, dans une communauté et dans une [...]

Sujets de sciences.

Boris Beaude | 07.07.2015

L’absence de clarté en sciences sociales sur un ensemble de problématiques fondamentales pose problème. Qu’est-ce qu’une science qui n’a pas vocation à expliquer, qui n’est pas vraiment expérimentale, dont les énoncés ne peuvent pas être sérieusement réfutés ou comparés, dont les expériences ne sont pas réellement reproductibles, qui est exceptionnellement cumulative, qui ne peut concevoir des lois ? Et qui, finalement, si elle existait, assimilerait les sujets à des objets, c’est-à-dire à des réalités comparables dont l’action est [...]

Les murs de la critique.

Thomas Favre-Bulle | 11.11.2014

Si la réalité étudiée ne peut contredire le modèle employé ou construit pour en rendre compte, alors ce modèle ne nous apprend rien sur cette réalité. J’argumenterai que l’appareil théorique des études critiques et radicales, fondé sur les concepts d’aliénation et de réification, est invalidé par le fait qu’il ne peut être contredit par la confrontation aux objets spécifiques. La théorie critique a permis de faire émerger de nouveaux objets légitimes — genres, minorités —, mais a aussi construit [...]

La terre en héritage.

L’archéogéographie, une nouvelle discipline au carrefour des spatiotemporalités.

Magali Watteaux | 27.08.2014

S’appuyant sur ses propres travaux et ceux de ses collègues archéogéographes, l’auteure entend exposer la position et le propos d’une nouvelle discipline, l’archéogéographie, en montrant sa part d’originalité par rapport à la géographie agraire et rurale et aux disciplines géohistoriques. Pour ce faire, l’article explicite dans un premier temps les différences et points communs de l’archéogéographie vis-à-vis de la géographie ancienne et moderne. Dans un second temps, il aborde les spécificités de l’archéogéographie par rapport aux autres disciplines ou [...]

Contre la phonie du CACOS, contre le refus d’expliquer le social par le social.

Jacques Lévy | 09.07.2014

Les sciences sociales jouent un rôle croissant dans le paysage intellectuel, mais en leur sein ou sur leurs marges, continuent d’exister des idéologies hostiles à leur raison d’être : l’explication du social par le social. Séparément ou ensemble, le néo-structuralisme, le néo-naturalisme, l’ontologie métaphysique, le postmodernisme et les eschatologies conspiratoires concourent à créer un complexe autodestructeur de la connaissance du social (CACOS). [...]

Pages :12