épistémologie

L'ensemble des articles ayant pour mot clé : épistémologie

Pages :12

Déplacer les disciplines : le nouveau rôle des aires

Michael Lucken et Karoline Postel-Vinay | 05.03.2020

Nos sociétés apparaissent de plus en plus polarisées entre le camp des tenants de la « dé-mondialisation » et celui des inconditionnels du globalisme. Une telle polarisation occulte, en la caricaturant, la complexité du défi de la pluralité humaine et engendre un dilemme en partie illusoire entre quête de la généralité et prise en compte des particularités. Dans les sciences humaines et sociales, ce dilemme prend notamment la forme d’un débat récurrent sur la relation entre les disciplines dites [...]

ANHEIM Étienne, Le travail de l’histoire, Paris : Éditions de la Sorbonne, coll. « Itinéraires », 2018, 254 p. Recension analytique de l’ouvrage. Peer review

ANHEIM Étienne, Le travail de l’histoire, Paris : Éditions de la Sorbonne, coll. « Itinéraires », 2018, 254 p. Recension analytique de l’ouvrage.

| 06.02.2020

L’ouvrage d’Étienne Anheim est la version publiée du mémoire de synthèse constitutif de son habilitation à diriger des recherches (HDR), soutenue en 2015. En interrogeant le métier d’historien dans la continuité des travaux de Marc Bloch, l’auteur pose habilement la question de la pratique professionnelle de l’histoire, les conditions de son enseignement et son rayonnement au-delà des sphères de la recherche. [...]

Du travail de l’histoire à la professionnalisation de la raison.

Anheim, Étienne. 2018. Le travail de l’histoire. Paris : Éditions de la Sorbonne, coll. « Itinéraires ».

Hugo Steinmetz | 15.11.2019

L’ouvrage d’Étienne Anheim est la version publiée du mémoire de synthèse pour lequel il a obtenu son habilitation à diriger des recherches (HDR), délivrée en 2015. En interrogeant le métier d’historien dans la continuité des travaux de Marc Bloch, l’auteur pose habilement la question de la pratique professionnelle de l’histoire, les conditions de son enseignement et son rayonnement au-delà des sphères de la recherche. [...]

Croiser les disciplines, se croiser dans l’indiscipline.

Dialogue autour de la notion de rythme.

Juliana GonzálezLucien Delley et Laurie Daffe | 17.04.2019

Force est de constater que la notion de « rythme », tout aussi polysémique et impalpable soit-elle, parvient malgré tout à polariser des discours provenant de disciplines aussi diverses que la géographie, la littérature, la musique, la danse, la sociologie ou l’économie. Face à la volonté de poursuivre ce dialogue, les conditions nécessaires à la construction d’une réflexion commune et à la production d’un « savoir indiscipliné » peuvent-elles être identifiées ? A la lumière du séminaire « Rythmes [...]

Néandertal : Une espèce en voie de disparition ?

Patrick Poncet | 31.05.2018

L’homme de Néandertal est-il une espèce bien réelle et singulière, qui aurait disparu de la surface du globe « avec » l’avènement d’Homo sapiens, ou bien serait-elle plutôt une catégorie-tampon de la paléontologie humaine, ayant été certes utile au progrès de cette science, notemment pour définir Sapiens, mais dont l’obsolescence était épistémologiquement programmée, et qui arrive aujourd’hui en fin de vie scientifique ? [...]

Pratiquer l’interdisciplinarité : pourquoi persister ? Peer review

Nicole Mathieu | 07.02.2018

Chargée de conclure une journée consacrée à l’évaluation des pratiques pluridisciplinaires de jeunes chercheurs de formations disciplinaires diverses, l’auteure emmène le lecteur de l’article dans une mise en regard des postures et expériences de ces « débutants » avec les siennes, construites dans la longue durée de son itinéraire en interdisciplinarité. Après avoir relevé les points de convergence – s’extraire de la rigidité disciplinaire et inventer une méthode d’assemblage, notamment –, elle note les points qui divergent du sens qu’elle donne à l’interdisciplinarité : [...]

Une architecture des frontières.

Teyssot, Georges. 2016. Une topologie du quotidien. Lausanne : Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, coll. « Poche Architecture ».

Gaël Brulé | 07.07.2017

Dans Une topologie du quotidien, Georges Teyssot se pose en architecte des frontières. Ces dernières sont étudiées d’un point de vue physique, ontologique et épistémologique. Cette analyse part du constat que la frontière, telle qu’elle est pensée traditionnellement, ne permet plus de rendre compte des échanges entre intérieur et extérieur et ne rend plus compte des limites actuelles. Une nouvelle conception en est esquissée par Teyssot. [...]

Science, histoire des sciences et vérité scientifique.

Recension croisée de Guenancia, Pierre, Maryvonne Perrot et Jean-Jacques Wunenburger (dirs.). 2016. Bachelard et Canguilhem. Dijon : Cahiers Gaston Bachelard (n°14) et de Barreau, Aurélien. 2016. De la vérité dans les sciences. Paris : Dunod.

Hervé Regnauld | 19.04.2017

Que signifie la vérité pour les sciences ? Bachelard, Canguilhem et Dagognet, philosophes français qui étaient aussi mathématiciens et docteurs en médecine, ont avancé des idées à ce sujet. La vérité est quelque chose qui ne dépend pas de l’objet étudié, mais de la volonté du scientifique qui l’étudie. C’est une création subjective. Plus récemment, un philosophe docteur en astrophysique, Barrau, a élaboré un enjeu épistémique original en abandonnant le concept de vérité, qui ne serait pas ce que [...]

L’événement anthropocène.

Hervé Regnauld | 22.02.2017

Les sciences ont différentes méthodes pour penser la nouveauté. Parfois, elles la conçoivent comme l’évolution d’un système, d’autres fois la nouveauté scientifique est telle qu’elle incite à changer les paradigmes dominants. Il est extrêmement rare que la science ait à comprendre un événement assez radicalement impensable pour remettre en cause la quasi-totalité du savoir acquis. Il semble toutefois que ce soit le cas actuellement avec la notion politique d’Anthropocène, qu’aucune discipline actuelle ne sait comprendre en totalité. Il faut [...]

Penser ou dire non ?

Joseph Morsel | 06.10.2016

Le débat en cours entre économistes « orthodoxes » et « hétérodoxes », dans lequel ces derniers ont été taxés de « négationnisme économique », est aussi l'occasion, à distance et plus largement, de rappeler l'exigence scientifique de rupture par rapport aux paradigmes dominants, le caractère fantasmatique d'un écart épistémologique entre science exacte et science sociale et la nécessité impérative de distinguer entre enjeux scientifiques et enjeux académiques, ce qui implique de considérer que non seulement le débat est [...]

Pages :12