illustration : Livres

Livres

La rubrique Livres regroupe des recensions critiques d’ouvrages sélectionnés en sciences sociales.La rubrique Livres regroupe des recensions critiques d’ouvrages sélectionnés en sciences sociales.

Sciences sociales et littérature : Quelle(s) écriture(s) ?

Desbois, Henri et Philippe Gervais-Lambony. 2017. « Les lieux que nous avons connus… ». Deux essais sur la géographie, l’humain et la littérature. Paris : Presses Universitaires de Paris Nanterre.

Olivier Lazzarotti | 08.03.2018

Suivant une approche théorique conduisant à inscrire leur démarche dans le courant de la « géographie humaniste », puis par son application à quelques cas, Antoine de Saint-Exupéry en particulier, les auteurs proposent de réfléchir sur une quête de l’« humain » en géographie. [...]

Le monde à l’épreuve de la pollution.

Jarrige, François et Thomas Le Roux. 2017. La Contamination du monde. Une histoire des pollutions à l'âge industriel. Paris : Seuil, coll. « L’Univers historique ».

Igor Moullier | 08.02.2018

Les dilemmes posés par la production industrielle et ses pollutions ne sont pas nouveaux. Jarrige et Le Roux montrent comment, dès le 18e siècle, les sociétés industrielles ont perçu les problèmes liés à la pollution et comment science et État ont contribué de concert à en gérer les effets. [...]

La subjectivation au cœur des mouvements sociaux contemporains.

Pleyers, Geoffrey et Brieg Capitaine (dirs.). 2016. Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur. Paris : Maison des Sciences de l'Homme.

Gérard Martial Amougou | 26.01.2018

La subjectivation serait au cœur des mouvements sociaux contemporains. À partir d’une lecture critique et analytique de l’ouvrage dirigé par Geoffrey Pleyers et Brieg Capitaine, la présente recension revisite l’enjeu théorique de la subjectivation dans l’appréhension des mouvements collectifs, tout en relevant quelques défis qui émergent de son articulation avec le « penser global ». [...]

Bonnes Feuilles de l’Intelligence spatiale.

Poncet, Patrick. 2017. Intelligence spatiale. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, coll. « Espace et Territoires ».

Patrick Poncet | 12.10.2017

Les objets formels qu’examine l’intelligence spatiale sont donc en priorité des espaces. Nous verrons qu’ils ont un pendant, les spatialités, tout aussi importantes et intéressantes, mais plus difficiles à saisir. C’est du reste du côté de l’étude des spatialités que se trouvent les plus grandes perspectives de progrès pour la géographie [...]

Pour une écologie politique de l’adaptation au changement climatique.

Rudolf, Florence. 2016 (dir.). Les villes à la croisée des stratégies globales et locales des enjeux climatiques. Québec : Presses de l’Université Laval, coll. « Sociologie contemporaine ».

Nathalie Blanc | 11.10.2017

Face aux changements climatiques et leurs impacts, les sociétés ont développé une série d’outils et de concepts à caractère opératoire, permettant de tenir compte de l’évolution de cette problématique. À partir des années 2010, la résilience se substitue partiellement à la logique du risque et de l’aléa, ainsi qu’à celle de la mitigation et de l’atténuation. Les coordinateurs de l’ouvrage tentent, en trois parties, de comprendre de quelle manière la notion de résilience permet réellement de prendre en compte [...]

La stratocratie, ou la tentative de guerre totale dans la pensée politique de Castoriadis.

Castoriadis, Cornelius. 2016. Guerre et théories de la guerre. Écrits politiques. 1945-1997, VI. Paris : Éditions du Sandre.

Christophe Premat | 28.09.2017

La publication des écrits politiques de Castoriadis sur la guerre donne un éclairage rétrospectif sur les polémiques du début des années 1980, portant sur l’évolution du régime soviétique. Castoriadis y avait été critiqué sur les données stratégiques utilisées pour proposer le concept de stratocratie. Néanmoins, ces écrits renouvellent la pensée du totalitarisme politique, en montrant que la guerre était devenue à cette époque un projet global de société. La course aux armements ne répondait pas à une évolution de [...]

L’opuscule et le progrès.

Bouveresse, Jacques. 2017. Le mythe moderne du progrès, décortiqué et démonté par le philosophe Jacques Bouveresse à partir des critiques de Karl Kraus, Robert Musil, George Orwell, Ludwig Wittgenstein et de Georg Henrik von Wright. Marseille : Agone, coll. « Cent mille signes ».

Hervé Regnauld | 23.08.2017

À quoi vise le progrès ? Dans un opuscule convaincant, Bouveresse demontre que si le progrès ajoute, en sciences, des savoirs aux theories préexistantes, il a surtout pour rôle d'apporter de nouvelles interrogattions, de nouvelles incertitudes, au sujet de nouveaux problèmes. Il n'est donc pas une accumulation, mais un questionnement. [...]

Participer, à quelles conditions ? Pour une approche plurielle des engagements participatifs.

Charles, Julien. 2016. La participation en actes. Entreprise, ville, association. Paris : Éditions Desclée de Brouwer, coll. « Solidarité et société ».

Sarah Van Hollebeke | 08.08.2017

La participation en actes est un ouvrage qui s’inscrit dans le courant des recherches pragmatiques en sciences sociales, courant qui plaide pour un enrichissement du modèle classique de démocratie participative. En exposant les épreuves vécues par les participants de plusieurs dispositifs, l’auteur invite le lecteur à prendre en compte les conditions et contraintes qui clôturent la participation, ainsi que le « coût » à payer pour participer. L’originalité de l’ouvrage tient en ce qu’il associe une attention aux charges [...]

Fred, Noah, Valérie et les autres… tous habitants !

Lion, Gaspard. 2015. Incertaines demeures. Enquêtes sur l’habitat précaire. Montrouge : Bayard.

Olivier Lazzarotti | 26.07.2017

Le travail du sociologue Gaspard Lion porte sur l’habitat précaire des personnes vivant dans les bois circumparisiens, résidant dans des campings à l’année ou s’installant dans les rues. Il permet de rendre compte de ces formes « marginales » de l’« habiter ». Elles participent alors à alimenter la réflexion en cours sur l’ « habiter ». [...]

Une architecture des frontières.

Teyssot, Georges. 2016. Une topologie du quotidien. Lausanne : Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, coll. « Poche Architecture ».

Gaël Brulé | 07.07.2017

Dans Une topologie du quotidien, Georges Teyssot se pose en architecte des frontières. Ces dernières sont étudiées d’un point de vue physique, ontologique et épistémologique. Cette analyse part du constat que la frontière, telle qu’elle est pensée traditionnellement, ne permet plus de rendre compte des échanges entre intérieur et extérieur et ne rend plus compte des limites actuelles. Une nouvelle conception en est esquissée par Teyssot. [...]