Mot-croisé : Environnement.

Un seul mot, trois points de vue.

Esteban RosalesMichèle Coulmance et Cyria Emelianoff

Un même terme évoqué par un dessinateur, un informaticien, et un chercheur en sciences sociales. Ceci est une co-publication avec la revue Flash informatique.

Image1

Le point de vue de l’informatique.

L’environnement c’est l’ensemble des choses qui se trouvent aux environs… et en informatique ces choses ce sont les données, les préférences des utilisateurs, les périphériques …

Les variables d’environnement véhiculent simplement de l’information entre plusieurs programmes. Chaque application ou programme peut lire ou modifier la valeur d’une de ces variables, il suffit qu’il connaisse le nom de la variable pour y accéder. Tous les systèmes d’exploitation (les plus répandus sont MacOs, Unix/Linux et Windows) proposent un certain nombre de ces variables qui permettent aux applications d’obtenir des informations sur la configuration du système, par exemple la variable Tmp fournit le chemin du dossier temporaire. La valeur d’une variable d’environnement peut être propre à chaque utilisateur: sous Unix, la variable Home destinée à fournir le chemin d’accès au répertoire personnel de l’utilisateur contiendra la valeur /disqueA/titi pour l’utilisateur titi, et /disqueC/toto pour toto. Pour les deux utilisateurs, un programme utilisant la variable Home fonctionnera de la même manière, quel que soit l’emplacement des fichiers.

Un utilisateur peut définir et utiliser ses propres variables d’environnement. Sous Unix, s’il utilise le bash (une prochaine fois, nous parlerons des interpréteurs de commande, bonne chance!) il peut indiquer l’emplacement des données en ajoutant dans le fichier .bashrc

repertoire_donnees=/partage/donnees_a_traiter

Afin que cette variable soit utilisable par les programmes lancés par l’utilisateur, il faut également exporter cette variable, la rendre publique, en ajoutant export repertoire_donnees

Les programmes et autres processus lancés ensuite hériteront de cette variable, et pourront l’utiliser.

On emploie souvent aussi le terme d’environnement pour tout simplement indiquer le système d’exploitation cernant le malheureux utilisateur. D’où cette phrase parfois entendue : Oh ! le pauvre, il travaille en environnement Windows !

Le point de vue des sciences sociales.

L’environnement, ce qui environne, a une merveilleuse capacité à épouser toutes les échelles. Insaisissable, flexible, spatial et paradoxalement indélimitable, le terme résiste à toute tentative de circonscription. Où s’arrête l’environnement urbain par exemple ?

Tout cela s’accorde mal avec la passion scientifique de définir, classer, prendre possession, cerner avec armes et bagages la réalité évanescente qui brûle les échelles, court-circuite les lieux, les temps, défie nos analyses.

Tout cela s’accorde si bien avec la globalisation qui reconfigure les lieux, les sociétés, les formes de la vie sur terre, redistribue les cartes. De l’environnement intérieur à l’environnement planétaire, le mot porte un continuum, fluide comme le vent, qui reflète remarquablement la volatilité de certains polluants et l’omniprésence des risques environnementaux, dont on ne sait quel cyclone accostera sur quels lieux, quel pop (polluant organique persistant) sur quel récepteur hormonal.

Pourtant, apôtre d’une vision sans frontière, l’environnement en réintroduit une ultime, séparant un objet d’un sujet, un intérieur d’un extérieur, un corps d’un milieu, un individu d’un collectif, avec pour corrélat politique ce sentiment ancré d’impuissance face au spectacle des dégradations écologiques tenues à distance. Le mot fait écran à la compréhension de l’interpénétration, il s’arrête à la limite du sujet, de son corps mais, comme le parfum protecteur chargé de repousser les miasmes, il désigne une fausse extériorité.

L’environnement est perçu, respiré, ingéré, représenté, imaginé, aimé ou haï, etc. Les 120 produits chimiques qui s’écoulent dans nos veines ou la composition océanique qui reflète l’activité biotique expriment la même réalité, celle des vases communicants.

Alors, si l’individu paraît extérieur à l’environnement dont il est l’acteur et le réceptacle, qu’en fait-il ?

L’environnement devient pour les chercheurs non pas seulement une proéminente question sociale et sociétale, mais la nouvelle frontière du politique. Dont la transgression, lente mais effective car portée par une variété de mobilisations, redéfinit le vivre ensemble. Dans cette optique, l’environnement est à la fois un champ de problèmes et un gisement de liberté, l’expression de désirs, volontés, puissances de réappropriation de ce qui est beau dans la vie.

Dessin : © Esteban Rosales.

Résumé

Le point de vue de l’informatique. L’environnement c’est l’ensemble des choses qui se trouvent aux environs… et en informatique ces choses ce sont les données, les préférences des utilisateurs, les périphériques … Les variables d’environnement véhiculent simplement de l’information entre plusieurs programmes. Chaque application ou programme peut lire ou modifier la valeur d’une de ces […]

Esteban Rosales

Géologue de formation, il a terminé ses études à l'Epfl en 2002 par l'obtention d'un diplôme postgrade de géologie de l'ingénieur et de l'environnement. C'est à l'occasion de cette période sur le site de Dorigny qu’il fait la connaissance du Service Informatique Central en tant que lecteur puis illustrateur.

Michèle Coulmance

Neurophysiologiste de formation, ingénieure au Cnrs dans des laboratoires de Neurosciences cognitives, elle se réoriente en informatique dans les années 1980. Après plusieurs années consacrées à la réalisation de programmes de pilotage d'expériences et au développement d'un réseau informatique, elle quitte le Cnrs et intègre le service informatique de l'Epfl en 2001. Elle y est la responsable des distributions et du support linux.

Cyria Emelianoff

Maîtresse de conférence en géographie et aménagement à l’Université du Maine (Gregum-Eso, Umr 6590 Cnrs), après une formation en philosophie et géographie elle travaille sur les politiques urbaines de développement durable en Europe et les initiatives écologiques locales en Russie. Ses travaux récents : « Urbanisme durable ? » Écologie et Politique n° 29 (coord.), 2004, Syllepse, Paris. « Les villes européennes face au développement durable : une floraison d’initiatives sur fond de désengagement politique », Cahiers du Proses n°8, Sciences Po, janvier-février. « Reconstruire la légitimité des grands ensembles ? Une réflexion à partir de l'exemple de Leipzig », Les Annales de la recherche urbaine, n°97, 2004, Paris, p 27-33.

Pour faire référence à cet article (ISO 690)

Esteban RosalesMichèle Coulmance et Cyria Emelianoff, « Mot-croisé : Environnement. », EspacesTemps.net, Laboratoire, 2006/02/23. URL : https://www.espacestemps.net/articles/mot-croise-environnement/