Le train de l’histoire : une géographie.

Jacques Lévy

Image1En prévision de la grève qui allait affecter son réseau le 2 juin 2005, la Société nationale des chemins de fer français a acheté dans la presse de son pays de vastes espaces publicitaires pour indiquer quels trains circuleraient ce jour-là. Dans la rubrique des trains « au départ de la province », on trouvait notamment les points d’origine suivants : Bâle, Barcelone, Berlin, Brigue, Bruxelles, Chur [Coire], Francfort, Hambourg, Lausanne, Luxembourg, Madrid, Munich, Rome, Turin, Venise, Vienne et Zurich. L’Empire de 1811 n’était donc qu’une pâle esquisse à côté de la France conquérante d’aujourd’hui. Ce nouveau « provincialisme » n’est, pas plus que l’ancien, l’apanage des provinciaux. Il consiste à croire sans réserve et à dire sans cesse que l’on est le Monde, ou l’Europe, et à obtenir ainsi que le Monde, ou l’Europe, las(se) d’en pleurer, finisse par en rire. L’entreprise de service public qu’est la SNCF semble avoir immédiatement intégré dans sa communication le résultat du référendum du 29 mai : il n’y a qu’un imaginaire géographique digne de ce nom, celui de l’État national français. Celui qui prétend le contraire est un néolibéral.

Photo : Gare du Nord. © Jacques Lévy.

Résumé

En prévision de la grève qui allait affecter son réseau le 2 juin 2005, la Société nationale des chemins de fer français a acheté dans la presse de son pays de vastes espaces publicitaires pour indiquer quels trains circuleraient ce jour-là. Dans la rubrique des trains « au départ de la province », on trouvait […]

Jacques Lévy

Professeur de géographie et d’aménagement de l’espace à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros. Il est aussi professeur à l’Institut d’études politiques de Paris. Il travaille sur la ville et l’urbanité, la géographie politique, l’Europe et la mondialisation, les théories de l’espace des sociétés, l’épistémologie de la géographie et des sciences sociales. Il a notamment publié Géographies du politique (dir.), 1991 ; Le monde : espaces et systèmes, 1992, avec Marie-Françoise Durand et Denis Retaillé ; L’espace légitime, 1994 ; Egogéographies, 1995 ; Le monde pour Cité, 1996 ; Europe : une géographie, 1997 ; Le tournant géographique, 1999 ; Logiques de l’espace, esprit des lieux (dir.), 2000, avec Michel Lussault ; From Geopolitics to Global Politics (ed.), 2001 ; Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (dir.), 2003, avec Michel Lussault ; Les sens du mouvement (dir.), 2004, avec Sylvain Allemand et François Ascher. Il est le coordinateur des rédactions d’EspacesTemps.

Pour faire référence à cet article (ISO 690)

Jacques Lévy, « Le train de l’histoire : une géographie. », EspacesTemps.net, Dans l’air, 2005/06/21. URL : https://www.espacestemps.net/articles/le-train-histoire-une-geographie/