Réduction et émergence : problèmes pour l’unité de la science.

Séminaire interdisciplinaire mensuel à Paris, du 13 décembre 2005 au 13 juin 2006.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Image1Lors du colloque interdisciplinaire sur « Les matérialismes et leurs détracteurs » qui s’est tenu à Paris en Septembre 2003, diverses interventions, ainsi que les réactions qu’elles suscitèrent, ont fait saillir la nécessité de clarifier les usages extrêmement variés, et sujets à controverse, des deux notions de réduction et d’émergence. Tandis que pour les uns le réductionnisme semblait irrémédiablement entaché du soupçon de constituer un projet réducteur, c’est-à-dire simpliste et donc faux, les autres disqualifiaient, dans le terme d’émergence, un asile trop aisé pour l’ignorance.

Les organisateurs du séminaire ont préféré voir dans ces débats l’occasion de reposer le problème de l’unité de la science. La publication des actes du colloque (J. Dubessy, G. Lecointre et M. Siberstein, Les Matérialismes et leurs détracteurs, (dirs.), Syllepse, 2004) devait donc se poursuivre par un séminaire spécialement consacré à un tel questionnement.

Car cette dualité de la réduction et de l’émergence paraît traverser presque tous les champs disciplinaires. Qu’il s’agisse, en physique, des rapports entre microphysique et systèmes macroscopiques, en biologie, de faire la part du génome et des milieux dans l’explication du phénotype, en philosophie de l’esprit, des conceptualisations variées de la relation entre le cerveau et la pensée, ou encore des interactions entre sciences cognitives et sciences sociales dans le renouvellement de l’individualisme méthodologique, il paraît impossible d’éviter la question de savoir si l’objet de la recherche est, ou non, intégralement explicable par ses composants de niveau inférieur. Le caractère transversal de la problématique commande donc la double nécessité d’une diversité des approches disciplinaires et d’un travail épistémologique dans lequel les divers sens de notions élémentaires (explication, causalité, mécanisme, entre autres) seront réexaminés.

La revue Matière première, dont le premier numéro paraît début 2006, offrira la possibilité que de telles recherches soient également publiées sur papier.

Le séminaire est organisé par : François Athané (agrégé de philosophie, doctorant et chargé de cours à l’université Paris 10), Max Kistler (maître de conférences en philosophie à l’université Paris 10, membre de l’Institut Jean Nicod), Guillaume Lecointre (biologiste, professeur au Muséum national d’histoire naturelle), Marc Silberstein (éditeur chez Syllepse et Programme « Bibliothèque numérique de Claude Bernard » à la Maison des sciences de l’Homme Paris-Nord), Alain Testart (anthropologue, directeur de recherches au Cnrs).

Lieu : Collège de France, Salle Pierre Mendès-France, 52 rue de Cardinal Lemoine, 75005 Paris, rez-de-chaussée, dans la cour, à gauche.

Contact : François Athané ou Marc Silberstein.

Dates : Le deuxième mardi de chaque mois, de 18 h à 20 h (entrée libre), aux dates suivantes :

13 décembre 2005, Max Kistler (Maître de conférences en philosophie à l’université Paris 10, Institut Jean Nicod), « Réduction et émergence en philosophie des sciences ».

10 janvier 2006, Thomas Heams (Maître de conférences en génomique fonctionnelle animale à l’Institut national agronomique Paris-Grignon), « De l’inerte vers le vivant : les traces prébiotiques, entre chimie et biologie ».

7 février 2006, Guillaume Lecointre (Professeur au Muséum national d’histoire naturelle), « Le principe de parcimonie dans la classification du vivant ».

7 mars 2006, Bertrand Laforge (Maître de conférences en physique à l’université Paris 6), « La matière : composants, interactions et propriétés dites “émergentes” ».

11 avril 2006, Édouard Guinet (Agrégé de philosophie), « Raisons d’agir et réduction de l’esprit ».

9 mai 2006, Sophie Bary (Étudiante en systématique et évolution à l’université Paris 6), « La place de la théorie du gène égoïste de Richard Dawkins dans le débat sur le déterminisme génétique ».

13 juin 2006, François Pépin (Chargé de cours en philosophie à l’université Paris 10) « Matérialisme et mécanisme ».

Image : André Ourednik, Réduction et émergence © EspacesTemps.net, 2005.

Résumé

Lors du colloque interdisciplinaire sur « Les matérialismes et leurs détracteurs » qui s’est tenu à Paris en Septembre 2003, diverses interventions, ainsi que les réactions qu’elles suscitèrent, ont fait saillir la nécessité de clarifier les usages extrêmement variés, et sujets à controverse, des deux notions de réduction et d’émergence. Tandis que pour les uns […]

Pour faire référence à cet article

"Réduction et émergence : problèmes pour l’unité de la science.", EspacesTemps.net, Brèves, 09.12.2005
https://www.espacestemps.net/articles/problemes-unite-de-la-science/