Espace Temps net

Mobilités en changement, changements par les mobilités.

Nathalie Ortar et Patricia Lejoux

Source : Nathalie Ortar et Patricia Lejoux.

Le changement se cristallise, selon Robert Castel, autour de « ce que l’on pourrait appeler des configurations problématiques, c’est-à-dire des nœuds de questions sur lesquels se cristallisent la plupart des tensions, des conflits et des enjeux qui affectent les membres d’une société. Elles sont problématiques parce qu’elles posent problème à la fois à des sujets sociaux dont elles perturbent l’existence, aux sociologues qui voudraient les comprendre et aussi aux responsables administratifs et politiques qui tentent de les maîtriser » (Castel et Martin 2012, p. 38).

La mobilité constitue sans nul doute l’une de ces « configurations problématiques ». Qu’elle soit associée à un changement de lieu – au sens de mobilité spatiale – ou à un changement de position, de rôle ou d’identité – au sens de mobilité sociale –, la mobilité est toujours envisagée comme un facteur de désorganisation ou de rupture d’équilibre, bref comme un vecteur de changement. Depuis de nombreuses années, le groupe de travail « Mobilités Spatiales et Fluidité Sociale » (MSFS) de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF) étudie ces liens entre mobilité, changement social et changement spatial. Le LAET (CNRS-ENTPE-Université Lyon 2) a organisé, à dix ans d’intervalle, deux colloques du groupe MSFS, dont le premier avait fait l’objet d’une Traverse[1][1] dans la revue EspacesTemps.net. À l’occasion de la tenue du second colloque, le LAET propose une nouvelle Traverse, afin de mesurer le chemin parcouru dans la façon d’appréhender les liens entre mobilité, changement social et changement spatial.

En 2005, le colloque organisé par le LAET s’intitulait « Mobilités, différenciations et inégalités ». À l’époque, l’accès à l’automobile s’imposait comme une norme en matière de mobilité quotidienne : en France, huit ménages sur dix étaient motorisés et la multi-motorisation ne cessait de progresser. Le colloque s’était intéressé aux effets paradoxaux de la diffusion de l’automobile en matière de changement social et spatial : la réduction des disparités sociales observée en matière de mobilité quotidienne s’accompagnait d’une accentuation des disparités spatiales, liée notamment aux choix résidentiels des ménages en faveur des espaces périurbains (Gallez, Orfeuil et Polacchini 1997). Le paradoxe n’était toutefois qu’apparent : la « motorisation des modes de vie » (Dirn, 1995) avait certes permis de rapprocher les conditions de mobilité quotidienne du plus grand nombre, mais elle avait parallèlement contribué à modeler les espaces et à réduire les possibilités alternatives d’accès aux activités du quotidien (emploi, services, équipements commerciaux ou de loisirs). Les liens entre mobilité, changement social et changement spatial avaient été observés à l’aune des relations entre la position sociale et les pratiques de mobilité quotidienne ainsi que résidentielle, dans le contexte des espaces périurbains. Le colloque ouvrait sur la nécessité de saisir la mobilité des personnes à travers une multiplicité d’échelles spatiales et temporelles, et soulignait notamment la forte diffusion de formes de mobilité encore atypiques, comme la bi-résidentialité.

Le colloque organisé en 2015 s’est intitulé « Mobilités en changement, changement par les mobilités ». Il est parti du constat que les différentes formes de mobilité spatiale sont traversées par des changements importants. Sur le plan de la mobilité quotidienne, contrairement à ce qui s’observait en 2005, l’usage de l’automobile semble désormais stagner voire décroître, en particulier chez les plus jeunes, dans nombre de pays de l’OCDE (Kuhnimhof et al. 2012) (Kuhnimhof, Zumkeller et Chlond 2013). Parallèlement, des formes de mobilités alternatives émergent (marche, vélo, covoiturage, autopartage) (Marzloff, 2005) (Vincent, 2008). On observe également un dynamisme important des voyages (Armoogum et al. 2010) et un développement de pratiques de mobilité atypiques comme les pratiques de multirésidence (Imbert et al. 2014) (Ortar 2011) (Ortar 2015) (Stock 2006) ou les pendularités de longue distance liées au travail (Vincent-Geslin et Kaufmann 2012). Les mobilités résidentielles, pour leur part, apparaissent plus complexes (Authier, Bonvalet et Lévy 2010) et semblent jouer un rôle de plus en plus déterminant dans les dynamiques de développement des territoires. Enfin, des changements apparaissent aussi dans le champ des migrations, avec la mise en évidence du caractère réversible ou circulatoire des flux internationaux et de leurs interactions croissantes avec les mobilités résidentielles intra-métropolitaines et les déplacements quotidiens (Dureau et al. 2015). L’objectif de ce colloque était de faire le point sur la connaissance que nous avons aujourd’hui de ces changements qui traversent les mobilités spatiales et de s’interroger sur leurs conséquences en matière de changement social et spatial. Les liens entre mobilité, changement social et changement spatial ont été observés à partir d’angles d’analyse différents. Le changement social, par exemple, a davantage été analysé à travers les « phénomènes de confrontation, négociation, rejet, détournement, accommodation, subversion, rapports de force, compromis, transactions… » (Olivier de Sardan 1995) suscités par l’évolution des pratiques de mobilité spatiale. Une attention particulière a ainsi été accordée à l’étude des processus d’expérimentation, à leur progressivité, leurs effets ambivalents et incertains, leurs conséquences en matière d’évolution des représentations ou du rapport identitaire. Le changement spatial, pour sa part, a été analysé à travers les pratiques de mobilité quotidienne et de mobilité résidentielle, mais aussi à travers les pratiques de bi-résidence ou les migrations, et une place importante a été accordée à l’analyse de leurs interactions. Enfin, si les mobilités spatiales continuent de jouer un rôle important dans l’évolution des territoires périurbains, elles semblent également structurantes pour d’autres types de territoires, comme les territoires industriels ou les grandes villes latino-américaines qui entrent dans des phases de croissance plus ralenties et plus endogènes.

Ce colloque du groupe MSFS, organisé en 2015, a montré la nécessité d’adopter une définition large de la mobilité et d’étudier davantage les interactions entre les différentes formes de mobilité (sociale, spatiale), ce qui nécessite de croiser les disciplines et les méthodes. D’autres chercheurs ont souligné depuis longtemps ces deux nécessités (Urry et Scheller 2006) (Imbert et al. 2014) (Lévy et Dureau 2002) (Courgeau 1988), mais force est de constater que le cloisonnement des champs de recherche reste important. Cette traverse appelle à faire modestement un pas supplémentaire dans cette direction, en invitant une communauté de chercheurs venant d’horizons différents, débutants comme confirmés, intéressés par ces questions de mobilité, à partager leurs connaissances, à échanger, à faire part de leurs interrogations pour avancer dans la compréhension des changements liés aux mobilités.

Endnotes:
  1. [1]: #_ftn1

Les articles du dossier.

Évolutions des parcours migratoires et résidentiels des habitants de Bogotá (1993-2009).

Guillaume Le Roux | 01.06.2017

Vers la fin du siècle dernier, Bogotá, à l’image de nombreuses autres grandes villes latino-américaines, voit ses dynamiques de peuplement se modifier en profondeur à mesure de l’avancée du pays dans la transition démographique et la transition urbaine : [...]

Mobilités changeantes, mobilités intriquées.

Christophe Mincke et Vincent Kaufmann | 29.03.2017

Sommes-nous bien certains de savoir ce qu’est la mobilité ? Et l’immobilité ? C’est en partant de ces questions simples que nous avons mené une réflexion en trois temps. Le premier nous a menés à examiner la variation au [...]

La mobilité périurbaine : le changement, c’est pour quand ?

Hélène NessiBenoit ContiLaurent ProulhacPatricia Sajous et Mariane Thébert | 24.03.2017

Y a-t-il changement effectif des systèmes de mobilité dans le périurbain francilien ? Quelles en sont les principales caractéristiques ? La contribution principale de cet article consiste à relever ce qui évolue et ce qui n’évolue pas dans la [...]

Quand les mobilités influencent la perception des changements territoriaux.

Didier VyeCaroline BlondyCaroline BontetStéphane DonnatChristine Plumejeaud-Perreau et Luc Vacher | 23.03.2017

Les résidents secondaires sont caractérisés par des mobilités fréquentes entre plusieurs espaces de vie. Vis-à-vis de leur lieu de villégiature, ils constituent une catégorie de population hybride, ni vraiment touriste, ni vraiment résidente, car ils sont propriétaires d’un logement [...]

Je t’aime… moi non plus.

Stéphanie Vincent-GeslinPascal PochetNathalie OrtarPatrick Bonnel et Louafi Bouzouina | 15.03.2017

Dans cet article, nous nous intéressons aux évolutions du rapport des jeunes adultes à l’automobile. Pour cela nous utilisons une méthode mixte, combinant entretiens qualitatifs menés dans l’aire urbaine de Lyon, et analyses des « enquêtes ménages déplacements » [...]

Les changements de modes de déplacement dans le périurbain.

Nicolas OppenchaimJean-Philippe Fouquet et Baptiste Pourtau | 02.03.2017

Cet article a pour objectif de mieux comprendre les changements de pratiques modales des habitants du périurbain, en particulier le passage de la voiture individuelle à d’autres formes de mobilité dans le cadre des déplacements domicile-travail. Il revient plus [...]

La mobilité résidentielle, une nouvelle opportunité pour les territoires de tradition industrielle.

Marjolaine Gros-Balthazard et Magali Talandier | 15.02.2017

Les territoires industriels de l’ère fordiste, que nous qualifions dans cet article de territoires de « tradition industrielle », font partie des espaces qui ont connu les plus violentes perturbations économiques des 40 dernières années. Au-delà d'un processus général [...]

Bibliographie

Armoogum, Jimmy, Jean-Paul Hubert, Sophie Roux et Thomas Le Jeannic. 2010. « Plus de voyages, plus de kilomètres quotidiens : une tendance à l’homogénéisation des comportements de mobilité des Français, sauf entre ville et campagne » La Revue du CGDD, décembre : p. 5-24.

Authier, Jean-Yves, Catherine Bonvalet et Jean-Pierre Lévy (dirs.). 2010. Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

Castel, Robert et Claude Martin (dirs.). 2012. Changements et pensées du changement. Échanges avec Robert Castel. Paris : La Découverte.

Courgeau, Daniel. 1988. « Méthodes de mesure de la mobilité spatiale : Migrations internes, mobilité temporaire et navettes. Présentation d’un manuel de l’INED » Population, vol. 43, n°4 : p. 877-880.

Dirn, Louis. 1998. La société française en tendances 1975-1995. Deux décennies de changement. Paris : Presses Universitaires de France, coll. « Sociologie d’aujourd’hui ».

Dureau, Françoise, Thierry Lulle, Sylvain Souchaud et Yasna Contreras (dirs.). 2015. Mobilités et changement urbain. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Gallez, Caroline, Jean-Pierre Orfeuil et Annarita Polacchini. 1997. « L'évolution de la mobilité quotidienne. Croissance ou réduction des disparités ? » Recherche Transports Sécurité, n°56 : p. 27-42.

Imbert, Christophe, Hadrien Dubucs, Françoise Dureau et Matthieu Giroud. 2014. D’une métropole à l’autre. Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen. Paris : Armand Colin, coll. « Recherches ».

Klein, Olivier, Nathalie Ortar et Pascal Pochet. 2007. « Mobilités, différenciations et inégalités : des questions actuelles » EspacesTemps.net, Travaux.

Kuhnimhof, Tobias, Jimmy Armoogum, Ralph Buehler, Joyce Dargay, Jon Martin Denstadii et Toshiyuki Yamamoto. 2012. « Men Shape a Downward Trend in Car Use among Young Adults‚ Evidence from Six Industrialized Countries » Transport Reviews, vol. 32, n°6 : p. 1-19.

Kuhnimhof, Tobias, Dirk Zumkeller, Bastian Chlond B. 2013. « Who Made Peak Car, and How ? A Breakdown of Trends over Four Decades in Four Countries » Transport Reviews, vol. 33, n°3 : p. 325-342.

Lévy, Jean-Pierre, Françoise Dureau (dirs.). 2002. L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en question. Paris : L’Harmattan, coll. « Habitat et Sociétés ».

Marzloff, Bruno. 2005. Mobilités, trajectoires fluides. Nantes : L’Aube.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre. 1995. Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social. Paris : Karthala.

Ortar, Nathalie. 2015. La vie en deux : familles françaises et britanniques à l’épreuve de la mobilité géographique professionnelle. Paris : Éditions Pétra.

—. 2011. « Une ancre pour être mobile : parcours de résidents secondaires et permanents dans l’Ain et le haut pays des Alpes-Maritimes » in Berger, Martine et Lionel Rougé (dirs.). Être logé, se loger, habiter. Regards de jeunes chercheurs, p. 245-256. Paris : L’Harmattan.

Stock, Mathis. 2006. « L’hypothèse de l’habiter poly-topique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles » EspacesTemps.net, Travaux.

Urry, John et Mimi Sheller. 2006. « The New Mobilities Paradigm ». Environment and Planning A, vol. 38, n°2 : p. 207-226.

Vincent, Stéphanie. 2008. « Les "altermobilités" : analyse sociologique d’usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence ? » Thèse de doctorat, Université René Descartes.

Vincent-Geslin, Stéphanie et Vincent Kaufmann. (dirs.). 2012. Mobilité sans racines. Plus loin, plus vite… plus mobiles ? Paris : Descartes & Cie.

Note

[1] Les travaux de ce colloque sont en effet présentés dans une Traverse (insérer le lien de la Traverse en question ?) d’EspacesTemps.net, et plus particulièrement dans l’article corédigé par Olivier Klein, Nathalie Ortar et Pascal Pochet (Klein, Ortar et Pochet 2007).

Résumé

Le changement se cristallise, selon Robert Castel, autour de « ce que l’on pourrait appeler des configurations problématiques, c’est-à-dire des nœuds de questions sur lesquels se cristallisent la plupart des tensions, des conflits et des enjeux qui affectent les membres d’une société. Elles sont problématiques parce qu’elles […]

Pour faire référence à cet article

Nathalie Ortar et Patricia Lejoux, "Mobilités en changement, changements par les mobilités.", EspacesTemps.net, Traverses, 05.04.2017
https://www.espacestemps.net/articles/mobilites-en-changement-changements-par-les-mobilites/