La philosophie du bouddhisme.

Un hors-série du Nouvel Obs.

Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+

Image1Depuis quelques semaines, on peut trouver en kiosque le dernier numéro Hors-Série du Nouvel Observateur consacré à la « philosophie du bouddhisme » (hs n° 50 ; avril-juin 2003). De La soif de Dieu (hs n° 28) à La sagesse aujourd’hui (hs n° 47) en passant par Que reste‑t‑il du christianisme (hs n° 40) et La guerre des dieux (hs n° 46), les religions et les intersections entre religions et philosophie font partie des thèmes récurrents des publications du Nouvel Obs.

Vu depuis les sciences sociales, ce dernier numéro est particulièrement intéressant pour ses présentations soignées des grandes problématiques d’ensemble sur le bouddhisme, comme philosophie (d’abord) et comme religion (ensuite). Il se présente d’ailleurs explicitement en ces termes :

« Comme on le sait depuis longtemps grâce à Wilhelm Dilthey, une compréhension ne peut jamais être constituée que sur la base d’une compréhension préalable, et il nous est impossible de sortir radicalement de nous-mêmes. Notre problème n’est donc pas de trouver le moyen de penser le bouddhisme sans aucun recours à la moindre référence aux manières occidentales de penser ; bien plutôt, il s’agit de déterminer une approche selon laquelle étant donné notre champ de réflexion, notre rencontre avec le bouddhisme puisse ouvrir à un éclaircissement, dans lequel ces traditions commenceraient, dans une certaine mesure, à se dévoiler elles-mêmes, au lieu de n’exprimer que nous-mêmes » (Matthew T. Kapstein, « Qu’est-ce que la philosophie bouddhique ? », p. 4).

On appréciera donc les mises au point rapides mais éclairantes sur le bouddhisme comme « religion non théiste » (par Fabrice Midal) ou sur le sens de la « réalité » (Bernard Faure) et du « vide » (Patrick Carré) dans le bouddhisme. Mais on se retrouvera (personnellement) en terrain moins mouvant dans les présentations des lectures du bouddhisme par Hegel (Olivier Tinland et Roger-Pol Droit) et par Nietzsche (Yannis Constantinides).

Profitons-en pour rappeler que l’on peut trouver sur le site Internet du Nouvel Observateur, le texte intégral de plusieurs numéros hors-séries récents. C’est le cas par exemple du numéro consacré à Nietzsche (n° 48 ; septembre-octobre 2002), que nous avions signalé dans une « Brève » précédente d’EspacesTemps.net. L’occasion de retrouver en ligne, sur le site du Nouvel Obs les textes d’Eric Blondel, Marc Crépon, Olivier Tinland et Yannis Constantinides.

Accès direct en ligne…

— à la page d’accueil du site de l’hebdomadaire « papier ».

— à la page d’accueil du « Journal permanent » du Nouvel Observateur.

Résumé

Depuis quelques semaines, on peut trouver en kiosque le dernier numéro Hors-Série du Nouvel Observateur consacré à la « philosophie du bouddhisme » (hs n° 50 ; avril-juin 2003). De La soif de Dieu (hs n° 28) à La sagesse aujourd’hui (hs n° 47) en passant par Que reste‑t‑il du christianisme (hs n° 40) et […]

Pour faire référence à cet article

"La philosophie du bouddhisme.", EspacesTemps.net, Brèves, 10.06.2003
https://www.espacestemps.net/articles/la-philosophie-du-bouddhisme/