Vincent Veschambre

Maître de conférence de géographie à l’université d’Angers, membre du laboratoire Carta (Umr Eso), ses recherches portent sur les formes d’appropriation symbolique de l’espace urbain et de légitimation des groupes sociaux, à travers notamment les processus de patrimonialisation, l’affichage, les évènements festifs et commémoratifs… Il a publié notamment : « Une mémoire urbaine socialement sélective, réflexions à travers l’exemple d’Angers » (Les Annales de la recherche urbaine, 2002, n°92), avec Maria Gravari-Barbas, « S’inscrire dans le temps et s’approprier l’espace. Le cas du festival de la bd à Angoulême » (Annales de géographie, n°643, mai-juin 2005) et a codirigé le numéro thématique « L’appropriation de l’espace : sur la dimension spatiale des inégalités sociales et des rapports de pouvoir » de la revue Norois (n° 195-2005/2) avec Fabrice Ripoll.

Arrêts sur images.

Philippe Bonnin, Images habitées, Photographies et spatialités, 2006.

Solène Gaudin et Vincent Veschambre | 22.04.2008

« Partir de ce que l’on voit, ce n’est tout de même pas, en principe, la mer à boire. » Fernand Braudel Les entrées les plus couramment adoptées pour étudier les liens entre production visuelle et sciences sociales, visent à ne pas considérer l’image comme un donné, à dépasser le stade de la production de [...]

Déchiffrer les traces pour écrire la mémoire ouvrière.

François Bon, Daewoo, 2004.

Vincent Veschambre | 01.11.2005

« Daewoo », c’est le nom de ce groupe coréen venu s’implanter dans la Lorraine du fer à la fin des années 1980 et qui s’en est retiré brutalement au début des années 2000 : « Ces usines tournevis n’ont pas duré davantage que les subventions » (p. 251). François Bon nous restitue la violence [...]