méthodologie

L'ensemble des articles ayant pour mot clé : méthodologie

Pages :12

MSFS2 Peer review

La cyclabilité au cœur de la réflexion sur les pratiques cyclistes

Matthieu AdamNathalie OrtarLuc MerchezGeorges-Henry Laffont et Hervé Rivano | 26.10.2020

La cyclabilité (bikeability) désigne la capacité variable des espaces à accueillir, faciliter et sécuriser l’usage du vélo. Effectuées à l’aide des techniques de l’analyse spatiale, les évaluations usuelles sont construites à partir d’indicateurs basés sur la quantification des éléments favorables ou défavorables à la circulation à vélo dans un lieu donné. Leur confrontation avec la façon dont les cyclistes vivent leur pratique est à construire. Grâce à un dispositif d’enquête combinant trois outils méthodologiques – la mesure des déplacements [...]

Entre individu et société, le rapport à l’espace pour comprendre le processus de production du handicap

Meddy Escuriet | 13.08.2020

Cet article se propose de revenir sur le cadrage conceptuel et sur la méthodologie déployée pour objectiver individuellement, tout en analysant socialement, le rapport à l’espace de personnes ayant subi des lésions cérébrales acquises. Passant d’un état où elles étaient insérées professionnellement et socialement à un état où elles doivent apprendre à vivre avec leurs déficience, l’accident de la vie que ces personnes ont subi a totalement redistribué les cartes de leur existence et a redéfini les rapports qu’elles [...]

MSFS2

David Sayagh | 01.05.2020

Issu d’une thèse de doctorat, cet article vise à se demander comment saisir et rendre compte de socialisations différenciées à l’origine d’inégalités d’opportunités de pratiques de mobilité à vélo. Cette ambition a conduit à prendre des précautions méthodologiques particulières (contre les biais liés à la distance sociale, aux défaillances de la mémoire, aux omissions conscientes, au « sexe de l’enquête », aux rapports illusoires aux pratiques, etc.) et à élaborer un outil d’analyse ayant pour principal avantage sa capacité [...]

ANHEIM Étienne, Le travail de l’histoire, Paris : Éditions de la Sorbonne, coll. « Itinéraires », 2018, 254 p. Recension analytique de l’ouvrage. Peer review

ANHEIM Étienne, Le travail de l’histoire, Paris : Éditions de la Sorbonne, coll. « Itinéraires », 2018, 254 p. Recension analytique de l’ouvrage.

| 06.02.2020

L’ouvrage d’Étienne Anheim est la version publiée du mémoire de synthèse constitutif de son habilitation à diriger des recherches (HDR), soutenue en 2015. En interrogeant le métier d’historien dans la continuité des travaux de Marc Bloch, l’auteur pose habilement la question de la pratique professionnelle de l’histoire, les conditions de son enseignement et son rayonnement au-delà des sphères de la recherche. [...]

Du travail de l’histoire à la professionnalisation de la raison.

Anheim, Étienne. 2018. Le travail de l’histoire. Paris : Éditions de la Sorbonne, coll. « Itinéraires ».

Hugo Steinmetz | 15.11.2019

L’ouvrage d’Étienne Anheim est la version publiée du mémoire de synthèse pour lequel il a obtenu son habilitation à diriger des recherches (HDR), délivrée en 2015. En interrogeant le métier d’historien dans la continuité des travaux de Marc Bloch, l’auteur pose habilement la question de la pratique professionnelle de l’histoire, les conditions de son enseignement et son rayonnement au-delà des sphères de la recherche. [...]

Dans le brouillard du projet urbain. Peer review

Observer sa ville comme habitant.

Américo Mariani | 31.05.2019

Cet article donne à voir une étape d’une recherche en cours sur la transformation de l’espace et les possibilités de subjectivation politique qu’elle donne ou pas. Située à Toulouse, elle prend place dans un moment particulier d’intensification du projet urbain, dans une ville déjà profondément marquée par les transformations. Partant du dit « projet urbain », l’auteur prend acte d’une dissolution de son objet, la Ville, dans la multiplicité des expériences qui constituent l’urbain. Commence alors une tentative méthodologique [...]

Pratiquer l’interdisciplinarité : pourquoi persister ? Peer review

Nicole Mathieu | 07.02.2018

Chargée de conclure une journée consacrée à l’évaluation des pratiques pluridisciplinaires de jeunes chercheurs de formations disciplinaires diverses, l’auteure emmène le lecteur de l’article dans une mise en regard des postures et expériences de ces « débutants » avec les siennes, construites dans la longue durée de son itinéraire en interdisciplinarité. Après avoir relevé les points de convergence – s’extraire de la rigidité disciplinaire et inventer une méthode d’assemblage, notamment –, elle note les points qui divergent du sens qu’elle donne à l’interdisciplinarité : [...]

Effets de terrain. Peer review

Anne Doquet et Joëlle Le Marec | 14.09.2017

Quels savoirs produisons-nous en sciences sociales ? Le problème est constamment discuté, mais trop souvent à partir d’un examen de la littérature (après toutes les étapes de raffinage académique) plus que dans le partage de ce qui est appris dans l’enquête. Or celle-ci peut être reconsidérée comme étant non plus une étape technique de collecte, mais comme un processus ouvert, qui démarre bien avant et se poursuit bien après la phase décrite dans les thèses et les articles comme étant [...]

« La danse africaine » : une catégorie anthropologisée.

Les effets retours des disciplines scientifiques sur les pratiques artistiques.

Mahalia Lassibille | 22.08.2016

Le terme « danse africaine » est fréquemment utilisé pour désigner les danses d’Afrique noire qui seraient caractérisées par un cadre musical de percussions, des mouvements du bassin… Mais à quoi correspond cette caractérisation ? Comment cette catégorie s’est-elle construite ? En quoi l’anthropologie a-t-elle pu y avoir un rôle prépondérant ? Les danses d’Afrique ont été attribuées à partir du 19e siècle au domaine de l’anthropologie qui en a déterminé les principales caractéristiques. Ces traits ont participé à [...]

Réflexivité partagée.

Jeux de miroirs autour d’un laboratoire de biologie.

Charlotte Brives | 08.12.2015

Alors que l’anthropologie s’est constituée, dans les premiers temps de sa genèse, autour d’un discours sur l’Autre lointain et ses pratiques et croyances, ses objets et méthodes ont constamment évolué. Aujourd’hui, il n’existe pas de domaine réservé sur lequel l’anthropologue ne pourrait pas travailler, enquêter, explorer. Les sciences occidentales, qui ont pendant longtemps été construites dans les écrits des anthropologues comme le référent absolu à l’aune duquel évaluer les cultures non occidentales, sont à leur tour devenues, dans les [...]

Pages :12