Adriano Olivetti et la pensée urbanistique.

Exposition à la Faculté de l’Enac, Lausanne, du 6 au 29 avril.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Image1Le nom d’Olivetti est réputé pour la production des usines d’Ivrea, le design de ses objets, qu’il s’agisse des computers, des machines à calculer ou des machines à écrire, dessinés par Ettore Sottsass, dont la Lettera 42 fut la première machine à écrire exposée au Musée d’Art Moderne de New York.

Mais Adriano Olivetti était également profondément engagé de manière sociale et politique. Ses actions urbanistiques dans le Val d’Aoste, pour la ville d’Ivrea, et surtout son engagement pour la reconstruction après la deuxième guerre mondiale ont été déterminantes dans la réflexion sur l’architecture, les responsabilités d’une entreprise sur le plan culturel et esthétique, les transports et le développement de l’hygiène.

Son action fut particulièrement visible en Basilicate — surtout pour la ville troglodyte de Matera où le régime fasciste avait l’habitude de reléguer ses opposants et où les conditions de vie des paysans dans les grottes confinaient à l’extrême misère.

Influencé d’une part par son expérience américaine et l’organisation rationnelle du travail, tirant les conséquences des Ciam (Congrès internationaux d’architecture moderne) et d’une reconnaissance des qualités de l’architecture vernaculaire, Adriano Olivetti dirigera plusieurs comités de reconstruction dont l’activité sera particulièrement efficace.

Aujourd’hui, la marque Olivetti n’existe plus et les usines d’Ivrea ont changé de propriétaire. Une grande partie de leurs bâtiments, construits par de grands noms de l’architecture italienne et uniquement protégés par le plan régulateur de la région, sont et seront modifiés pour répondre aux exigences contemporaines de leur exploitation : l’occasion est ainsi venue de se pencher sur la pensée urbanistique d’Adriano Olivetti, à laquelle est consacrée l’exposition de l’Enac.

Celle-ci se partage entre un reportage photographique sur la présence d’Adriano Olivetti dans les différentes instances politiques et intellectuelles de l’époque et la recherche esthétique des constructions Olivetti par le recours à des architectures de qualité. Un reportage parallèle retrace les expériences de la Tennessee Valley Authority — auxquelles Olivetti se référait —, le congrès des Ciam et les opérations qui ont été menées simultanément par le régime.

Sont présentés les originaux des plans régulateurs de la vallée d’Aoste notamment celui de la région d’Ivrea, dont la caractéristique majeure était de refléter une considération pour le développement de la cité moderne comme de la ville historique. Enfin, plusieurs témoignages s’attachent à la qualité des projets dessinés par deux institutions, l’Ira-Casa et l’Unrra-Casas qui ont construit des aménagements, modernes sous bien des aspects.

Lieu : Faculté de l’Environnement Naturel, Architectural et Construit, Épfl, Bâtiment SG, Écublens, Lausanne, Suisse.

Horaire : du 6 au 29 avril 2005, Lundi au vendredi de 8 à 18h.

Site de l’exposition : Adriano Olivetti et la pensée urbanistique.

Résumé

Le nom d’Olivetti est réputé pour la production des usines d’Ivrea, le design de ses objets, qu’il s’agisse des computers, des machines à calculer ou des machines à écrire, dessinés par Ettore Sottsass, dont la Lettera 42 fut la première machine à écrire exposée au Musée d’Art Moderne de New York. Mais Adriano Olivetti était […]

Pour faire référence à cet article

"Adriano Olivetti et la pensée urbanistique.", EspacesTemps.net, Brèves, 20.04.2005
https://www.espacestemps.net/articles/adriano-olivetti-et-la-pensee-urbanistique/