Joan Stavo-Debauge

Chargé de recherche au LabSo à l'Université de Lausanne et membre associé au Gspm à l'Ehess, il a achevé en 2009 une thèse de sociologie (Venir à la communauté. Pour une sociologie de l’hospitalité et de l’appartenance), dans laquelle il s’est efforcé de penser doublement les épreuves rencontrées par le nouveau venu et les questions que pose son étrangéité à ses divers vis-à-vis. Il s’agissait d’éclairer les tensions qui se font jour entre l’hospitalité et l’appartenance, en observant une variété d’échelles (de la maison à des communauté politiques, en passant par la ville) et de grammaires de communautés. Il travaille actuellement avec Philippe Gonzalez à l'écriture d'un livre sur les politiques du créationnisme. Parmi ses publications récentes : « Dé-figurer la communauté ? Hantises et impasses de la pensée (politique) de J.-L. Nancy », in Laurence Kauffman & Danny Trom (dir.), Qu’est-ce qu’un collectif politique ? Raisons pratiques, 20, Paris, Editions de l’Ehess, 2010. Avec Fabrizio Cantelli, Marta Roca I Escoda & Luca Pattaroni, (dir.), Sensibilités pragmatiques. Enquêter sur l’action publique, Bruxelles, Peter-Lang, 2009.

Mot-croisé : Hôte.

Un seul mot, trois points de vue.

Joan Stavo-DebaugeEsteban Rosales et Jacqueline Dousson | 13.01.2006

  Le point de vue de l’informatique. En informatique, le mot hôte est apparu dès que les ordinateurs ont été connectés en réseau. Une machine connectée à un réseau, accessible par son adresse Ip (suite de nombres permettant de l’identifier de manière unique), offre des services à la communauté et c’est par son nom d’hôte, [...]