« “Campagne-ville : le pas de deux” : Enjeux et opportunités des recompositions territoriales ».

Séminaire à l’EPFL-CEAT, septembre à novembre 2006.

Image1Au cours des dernières décennies, de nouvelles dynamiques ont fondamentalement modifié la relation entre villes et campagnes. La différenciation rurale-urbaine s’est estompée, tant en termes de modes de vie que de territoires, sous l’effet de divers facteurs (mobilité, établissement de nouveaux habitants et d’activités économiques en milieu rural, technologies de l’information et de la communication, individualisation des comportements, préoccupations environnementales, importance des occupations de loisirs).

Cette situation va de pair avec un tournant de la politique agricole. Longtemps protégée, l’agriculture est soumise depuis le début des années 1990 à une réforme sans précédent, visant la libéralisation des marchés. Dans un contexte de globalisation de l’économie, la priorité accordée à la vocation alimentaire du secteur a perdu en importance. D’autres missions sont valorisées, inscrites dans la Constitution suisse depuis 1999 : entretien du paysage, préservation des ressources naturelles, occupation décentralisée du territoire.

Ces évolutions affectent de manières diverses les territoires traditionnellement agricoles. D’abord, la ville avance sur la campagne, s’approprie toujours plus d’espace pour développer des secteurs résidentiels, centralités marchandes et activités d’un genre nouveau. Les espaces ruraux, également, se font décor ou terrain de sport pour une population en quête de nature et de loisirs qui les investit dans une logique de consommation rapide. Les territoires les plus marginaux, enfin, sont menacés de déprise agricole. Sous ces influences, de nouveaux territoires émergent. Ils ne peuvent plus être appréhendés à travers une dualité où ville et campagne constitueraient des mondes séparés, fonctionnant selon des logiques et des valeurs différentes. La contiguïté ou la superposition des fonctions produit des situations inédites, parfois conflictuelles, parfois débouchant sur des pratiques innovantes.

Cette transformation des territoires donne naissance à des enjeux spécifiques, devenus une préoccupation croissante des pouvoirs publics. Ils sont liés au renouveau de la question agricole, à l’importance de l’intérêt particulier dans les aspirations et les pratiques territoriales, à la demande de nature des sociétés contemporaines, à l’omniprésence de l’urbain, aux exigences que pose le développement durable des territoires.

Le séminaire « “Campagne-ville : le pas de deux” : Enjeux et opportunités des recompositions territoriales » vise à identifier les enjeux récents, à les intégrer dans une réflexion prospective, à esquisser des pistes pour une action publique. L’ambition est d’appréhender dans leur interdépendance et leur complexité des phénomènes qui se produisent dans un contexte d’incertitudes politiques et économiques (négociations dans le cadre de l’Ue et de l’Omc, redéfinition de la politique régionale, remise en question de lois significatives pour les territoires ruraux telles la loi sur l’aménagement du territoire ou celle sur le droit foncier rural) et à un rythme excessivement rapide. Pour ce faire, il s’agira de revisiter une série de concepts, notions et typologies (ruralité-urbanité, territoire intermédiaire, ville diffuse, centralités, multifonctionnalité, paysage, nature,…), de se pencher sur les modalités d’intervention et les marges de manoeuvre de l’action publique, sur le comportement des acteurs publics et privés (valeurs, représentations, attentes) et sur les outils et méthodes propres à une approche prospective.

Le séminaire aura lieu de septembre à novembre 2006 (3 sessions de 2.5 jours). Les personnes intéressées à participer sont invitées à retourner le feuillet d’inscription figurant le site de la Ceat d’ici au 10 juin 2006.

Le séminaire se répartit en trois modules : 1. Connaître : rural-urbain, l’évolution des territoires (état des lieux et tendances) ; 2. Comprendre : les dynamiques à l’oeuvre, les enjeux, les conflits et les synergies ; 3. Proposer : rural-urbain, quelle action publique pour les territoires de demain ?

Intervenants : Responsables suisses et de l’étranger de politiques publiques à impact spatial ; scientifiques s’occupant de problèmes territoriaux ; spécialistes des territoires ruraux, des villes émergentes, de leurs enjeux économiques, sociaux et politiques.

Le séminaire est organisé par la Communauté d’études pour l’aménagement du territoire (Ceat) sous l’égide de la Conférence Universitaire de Suisse Occidentale (Cuso) et avec la collaboration des six partenaires suivants : Institut des politiques du territoire et de l’environnement humain de l’Université de Lausanne (Ipteh), Institut de géographie de l’Université de Neuchâtel, Département de géographie de l’Université de Genève, École d’ingénieurs et d’architectes, Hes-So Fribourg, Office fédéral du développement territorial (Are), Berne, Service des améliorations foncières du canton de Vaud.

Résumé

Au cours des dernières décennies, de nouvelles dynamiques ont fondamentalement modifié la relation entre villes et campagnes. La différenciation rurale-urbaine s’est estompée, tant en termes de modes de vie que de territoires, sous l’effet de divers facteurs (mobilité, établissement de nouveaux habitants et d’activités économiques en milieu rural, technologies de l’information et de la communication, […]

Pour faire référence à cet article (ISO 690)

« « “Campagne-ville : le pas de deux” : Enjeux et opportunités des recompositions territoriales ». », EspacesTemps.net, Brèves, 2006/06/15. URL : https://www.espacestemps.net/articles/lenjeux-et-opportunites-des-recompositions-territoriales/