De l’intérêt d’une édition mise à jour…

Benjamin Angel et Jacques Lafitte, L’Europe, petite histoire d’une grande idée, 2004.

Isabelle Debilly

Image1Une nouvelle mouture de l’ouvrage de B. Angel et J. Lafitte, dont la première édition datait de 1999, vient de paraître. L’évolution constante du système européen justifie apparemment une mise à jour de ce petit ouvrage. Qu’en est-il réellement ?

Avant tout, la présentation des auteurs nous permet de suivre leur carrière qui a évolué depuis au sein des institutions européennes… Cependant la structure du livre n’est pas modifiée et on retrouve grosso modo les mêmes chapitres. Les premiers ne sont pas vraiment transformés, mais cela ne s’imposait pas puisqu’il s’agit de montrer la chronologie de la construction européenne. En revanche, les premières illustrations (toujours importantes dans cette collection qui privilégie l’iconographie) qui concernaient en 1999 l’euro ont disparu au profit de photographies centrées notamment sur l’élargissement du 1er mai dernier.

Une première disparition est à noter dans le troisième chapitre : la double page « L’Europe en ses murs », qui présentait le bâtiment de la Commission à Bruxelles, — le Berlaymont —, le Parlement bruxellois et le nouvel édifice de la cour de justice à Strasbourg, n’apparaît plus désormais ; il est regrettable que ces édifices ne sont plus montrés, ils sont peu connus des Européens et il est bon de fixer le pouvoir européen dans des lieux bien visibles ; l’habitude de dire « Bruxelles » pour signifier une décision de la Commission européenne ou d’un Conseil des ministres européens est bien trop imprécise.

Le chapitre V, consacré aux années euro (1995-2004), connaît logiquement le plus de changements. Disparaissent les photographies de ceux qui ne sont plus à la tête des institutions européennes comme Win Duisenberg par exemple. Une grande partie des illustrations est ainsi modifiée, remplacée ou recadrée, la réactualisation de l’ouvrage se traduit ainsi par une plus grande présence du texte, au détriment des illustrations. Le contenu lui-même est fortement actualisé avec notamment l’épisode de la démission de la Commission Santer en 1999, ou encore la convocation d’une Convention européenne présidée par Giscard d’Estaing ; enfin une grande place est faite à l’élargissement de 2004 sans négliger de poser la question de la candidature de la Turquie. Néanmoins, les auteurs ne mènent pas de réflexion particulière sur le « périmètre géographique naturel européen »… Un bilan de l’introduction de l’euro est bien évidemment présenté, ainsi que le démarrage de la politique étrangère et de défense commune. L’ouvrage se termine par un bilan positif des cinquante années de la construction européenne.

Dans une dernière partie habituellement consacrée aux documents, on trouve de petits éclairages sur des points précis de la politique européenne comme la Pac, les règles de concurrence, la politique régionale… ainsi qu’une présentation bienvenue du budget européen. Un glossaire rapide mais utile offre quelque aide pour se retrouver dans le jargon des Eurocrates.

Image2Au final, cet ouvrage est d’une présentation claire, bien illustré avec une vision des situations qui privilégie les points de vue européens (et pas seulement franco-français). Peu de place a été laissée à des critiques approfondies, peut être par manque de d’espace dans ce petit format ! Plus probablement, il ne s’agit pas du propos des auteurs, qui privilégient une présentation informative de l’histoire de la construction européenne, ce qui laisse peu de place aux doutes ou aux réticences, ou encore à une lecture critique de cette période. Les auteurs sont bien au fait du système européen, ils le connaissent de l’intérieur, mais ils n’expriment pas les inquiétudes qui peuvent peser sur l’avenir de l’Union européenne. Dernière restriction, la plus grande partie du texte n’est pas à la portée d’un élève du secondaire, peu au fait du contexte historique de l’après-guerre. L’ouvrage est donc utile à ceux qui veulent rapidement comprendre les étapes de la construction européenne mais sans trop d’inquiéter des débats intellectuels sur le sujet. Le seul enjeu de cette réédition a donc été une réactualisation des informations, mais pas une réactualisation des enjeux de la construction européenne elle-même.

Benjamin Angel et Jacques Lafitte, L’Europe, petite histoire d’une grande idée, Gallimard Découvertes n°367, Paris, [1999] 2004. 128 pages. 12 euros.

Couvertures : La première, 2004. La deuxième, 1999.

Résumé

Une nouvelle mouture de l’ouvrage de B. Angel et J. Lafitte, dont la première édition datait de 1999, vient de paraître. L’évolution constante du système européen justifie apparemment une mise à jour de ce petit ouvrage. Qu’en est-il réellement ? Avant tout, la présentation des auteurs nous permet de suivre leur carrière qui a évolué […]

Isabelle Debilly

Enseignante de géographie à l'École européenne de Bruxelles 2, elle a une formation initiale en histoire médiévale des mentalités. Elle s’oriente à présent vers l'histoire des genres et la géographie.

Pour faire référence à cet article

Isabelle Debilly, "De l’intérêt d’une édition mise à jour…", EspacesTemps.net, Livres, 06.12.2004
https://www.espacestemps.net/articles/interet-edition-mise-a-jour/