Aldo Haesler

Ancien élève de l'École des Hautes Etudes de Saint-Gall, il est professeur de sociologie à l’Université de Caen et chercheur au Centre Maurice-Halbwachs (Cnrs, Ehess, Ens, Caen). Ses travaux portent sur la théorie de l’échange et des relations humaines dans une perspective sociohistorique. Il est l’auteur de Tausch und gesellschaftliche Entwicklung (Saint-Gall, 1983), Sociologie de l’argent et postmodernité (Droz, 1995), (en coll.), du Dictionnaire des risques (Armand Colin 2003), et d'Entrer en relation. Une protosociologie de l'échange (à paraître en 2006 chez Erès).

Le Gouvernement des morts.

Bruno Karsenti, Politique de l’esprit, Auguste Comte et la naissance de la science sociale, 2006.

Aldo Haesler et Christian Ruby | 24.10.2006

Il y a en France un réflexe anti-philosophique assez inquiétant parmi les sociologues ; un réflexe de peur, sans aucun doute, ou une expression de mauvaise conscience mâtinée de respect inavoué. Aussi longtemps que les philosophes se contentaient de s’entre-gloser ou de se perdre dans ce qui, par les sociologues du moins, apparaissait comme de [...]

Penser l’individu ? Sur un nécessaire changement de paradigme, 2. Peer review

Relations et institutions.

Aldo Haesler | 18.06.2006

Rather than to focus on the individual and endow him with relational competences, sociological analysis would benefit from an exploration of the complex reality of human relationship (of which the individual is but an avatar) and its opposition to that of institutions. A historical reflection would then show that the specificity of modernity can be understood in terms of a growing disentanglement of the relational and institutional spheres. One would henceforth propose a “weak” concept of society as an [...]

Penser l’individu ? Sur un nécessaire changement de paradigme, 1. Peer review

Les impasses du néo-individualisme sociologique.

Aldo Haesler | 23.11.2005

L’essence de l’homme, l’essence qui lui est particulière, n’est directement reconnaissable que dans la vivante relation. Le gorille est, lui aussi, un individu ; l’État des termites est, lui aussi, un collectif ; mais Je-et-Tu n’existe dans notre univers que parce qu’il y a l’Homme ; et le Je n’existe qu’à partir du rapport avec Tu. « L’homme-avec-l’homme » : c’est [...]