Manouk Borzakian

Géographe, postdoctorant à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), Manouk Borzakian travaille sur la métropolisation et l’aménagement urbain à travers le cas genevois. Il s’intéresse aussi aux pratiques culturelles et à leur dimension spatiale, ainsi qu’aux représentations géographiques dans le cinéma, en particulier nord-américain.

Bureaucratisation de la recherche et confusion entre chercheur et expert.

Manouk Borzakian | 09.07.2014

La fixation des thèmes de recherche prioritaires en fonction d’impératifs extérieurs au champ de la recherche favorise le succès en sciences sociales de « l’empirisme abstrait » (Wright Mills 2006), soit des études de détails évitant soigneusement tout travail de généralisation/théorisation, dont le cas limite est le travail réalisé par des cabinets de consultants. L’objectivité prétendument exigée du chercheur constitue une première justification à cette posture. L’autre argumentaire repose sur une vision caricaturale de la rupture épistémologique. Il confond [...]

Vraies et fausses évidences de la géographie électorale suisse.

Remarques sur une votation populaire et son traitement graphique.

Manouk Borzakian | 27.05.2014

La mobilisation dans le débat public de cartes des résultats de la votation suisse du 9 février 2014 « Contre l’immigration de masse » offre l’opportunité de s’interroger sur les choix de méthode guidant la réalisation de cartes électorales et les énoncés qui en découlent. Les cartes les plus partagées sur Internet et dans les médias institutionnels véhiculent une vision tronquée des logiques socio-spatiales du scrutin. Pour offrir une analyse plus complète et limiter le biais de l’ecological [...]

Genève face à sa mondialité.

Anglo-saxons et portugais comme marqueurs de la segmentation spatiale genevoise.

Manouk Borzakian | 02.04.2013

Genève, petite ville mondiale connaissant une importante croissance économique et démographique, est ici envisagée par le biais d’une carte sur la répartition des résidents anglo-saxons et portugais du canton. Les logiques spatiales très différentes de ces deux populations témoignent des manifestations dans l’espace urbain de la mondialisation. Elles mettent Genève face à un risque de segmentation socio-spatiale, aucunement inéluctable mais autrement plus dangereux pour son développement que la densification, bouc-émissaire des difficultés d’aménagement que rencontre l’agglomération. [...]