Céline Vaz

Céline Vaz, agrégée d’histoire, enseigne actuellement en lycée. Ses travaux actuels sur l’époque franquiste et l’histoire urbaine de l’Espagne contemporaine s’inscrivent dans le cadre de sa thèse en voie d’achèvement réalisée à l’Université Paris Ouest–Nanterre La Défense/UMR IDHE (Aux origines de l’Espagne propriétaire et urbaine : politiques, pratiques et savoirs urbains durant la période franquiste). Ils portent précisément sur les politiques du logement et d’urbanisme du franquisme, les mouvements sociaux urbains de la fin de la dictature, et les mondes professionnels et scientifiques du champ urbain de la République à la Transition démocratique. Elle a aussi travaillé sur l’histoire du logement et de l’immobilier en France. Parmi ses publications récentes : « “Les Pyrénées séparent et relient la France et l’Espagne” : Henri Lefebvre et la question urbaine espagnole à la fin du franquisme » L’homme et la société, 185-186, 2012/3-4 ; voir aussi le chapitre « Entre intérêts privés et intérêt public, l’architecte municipal, vecteur d’une corruption immobilière ordinaire dans l’Espagne franquiste » dans Patronages et corruptions politiques dans l’Europe contemporaine, à paraître chez Armand Colin.

Les promoteurs immobiliers et l’Etat franquiste : de la dépendance à l’émancipation. Peer review

Céline Vaz | 16.07.2013

Durant le régime franquiste, les promoteurs privés s’affirment comme les principaux acteurs de la fabrique de la ville en monopolisant la production de logements. La professionnalisation de la promotion immobilière privée accompagne ce mouvement. Il s’agit ici de retracer cette évolution et de montrer que l’identité floue des promoteurs durant le franquisme traduit le caractère souvent théorique de la ligne de partage entre secteur privé et secteur public. Leur consolidation comme groupe professionnel est en effet permise par la [...]