-isation.

Jacques Lévy Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Vietnamisation, irakisation, tchétchénisation…

Cet oxymoron indique que la « pacification » ne progresse pas aussi vite que prévu. On se rassure en se disant et en annonçant que, sous peu, ce seront les locaux qui feront le sale boulot. Pour être imaginatifs, ces termes peuvent néanmoins préfigurer d’autres –isations, convenues mais peu engageantes : colonisation, radicalisation, fanatisation, voire des -ations, encore plus immédiatement désagréables : exaspération, provocation, accusation, humiliation, évacuation. D’où l’intérêt, peut-être, d’en revenir à des mots issus d’un autre type de lexique : homme, droit, dialogue, justice, société, Monde.

Résumé

Vietnamisation, irakisation, tchétchénisation… Cet oxymoron indique que la « pacification » ne progresse pas aussi vite que prévu. On se rassure en se disant et en annonçant que, sous peu, ce seront les locaux qui feront le sale boulot. Pour être imaginatifs, ces termes peuvent néanmoins préfigurer d’autres –isations, convenues mais peu engageantes : colonisation, […]

Jacques Lévy

Géographe, il est professeur à l'Université de Reims et à l'Institut d'Études Politiques de Paris. Il est fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin (2003-2004). Il travaille sur la ville et l'urbanité, la géographie politique, l'Europe et la mondialisation, les théories de l'espace des sociétés, l'épistémologie de la géographie et des sciences sociales. Il est coordinateur des rédactions d'EspacesTemps, responsable des Mensuelles et du Mot du mois.

Pour faire référence à cet article

Jacques Lévy, "-isation.", EspacesTemps.net, Dans l’air, 03.06.2004
https://www.espacestemps.net/articles/isation/