« Circulations et territoires dans la migration internationale. »

Colloque international à l’Université de Toulouse le Mirail, les 16, 17 et 18 mars 2005.

Image1Les processus de migration internationale sont aujourd’hui caractérisés par d’importantes dynamiques de reconfiguration et de complexification à l’échelle mondiale. Les facteurs qui contribuent à cette transformation des logiques migratoires se situent à plusieurs niveaux et ils agissent selon des modalités et des temporalités variées. On peut tout autant les considérer en termes de transformation des environnements dans lesquels se situent les mouvements qu’en termes de conditions de mise en œuvre de cette mobilité par les acteurs du fait migratoire. Au-delà de l’élargissement des profils des individus en mouvement (en termes d’âge, de genre, de qualification professionnelle ou de statut migratoire), cette complexification s’exprime aujourd’hui à travers les temporalités du déplacement (durée, fréquence, répétitivité individuelle ou générationnelle) comme à travers les formes spatiales du mouvement (diversification des parcours et élargissement des destinations, multiplication des lieux successifs d’installation, utilisation de lieux de transit, etc.).

De façon générale, cette multiplication des formes migratoires se manifeste par une intensification des logiques de circulation et d’échange entre les pôles des espaces du déplacement. C’est ici de mobilité autant que de migration dont il est question, et celle-ci ne se limite pas aux seuls individus que recouvre l’image traditionnelle du migrant, à savoir des hommes jeunes à la recherche d’une intégration sur le marché du travail de tel ou tel pays. Elle concerne tout autant les familles et les proches de ces individus ainsi que l’ensemble des migrants installés depuis longtemps à l’étranger et qui, dans le désir de maintenir des liens avec leurs régions d’origine, vont et viennent entre deux ou plusieurs lieux d’installation. Dans le même temps, on sait que la circulation des individus ne constitue qu’une dimension de la mise en relation des lieux par le fait migratoire : les transferts de biens, de capitaux, d’idées ou de pratiques accompagnent ou prolongent ces mobilités et fonctionnent comme autant de vecteurs d’échange et d’interaction sociale et économique entre les groupes constitués à l’étranger et les communautés d’origine. L’ensemble des flux migratoires, de même que les infrastructures qu’ils génèrent et entretiennent, contribuent à la structuration progressive de champs migratoires significatifs et dynamiques, où des pratiques individuelles qu’on pourrait croire marginales s’agrègent pour donner lieu à de véritables dynamiques de transformation des sociétés et des territoires qu’elles affectent.

Le colloque de Toulouse entend approfondir et prolonger les réflexions existantes sur la thématique en posant comme élément fédérateur la question de l’articulation de ces circulations avec le fonctionnement, à différentes échelles, des territoires sur lesquels elles se produisent. L’objectif général du colloque vise en premier lieu à répondre à un besoin de réflexion théorique sur l’idée de circulation migratoire dans le contexte plus général de problématiques telles que celles des mobilités, de la mondialisation ou du multiculturalisme. En second lieu, le colloque entend répondre à un besoin de mise en perspective de travaux empiriques sur l’inscription socio-spatiale des formes migratoires dans différentes régions du monde, de même que sur les interrogations de nature sociale et politiques qu’elles génèrent. Ce colloque international devrait donc permettre des échanges productifs entre chercheurs et praticiens impliqués dans le champ des recompositions sociales et territoriales sous les effets des mobilités et des circulations (en milieu urbain et rural, dans les sociétés du Nord comme du Sud).

Le colloque est organisé conjointement par les équipes : Cirus-Cieu, Centre Interdisciplinaire d’Études Urbaines, umr 5193 Cnrs / Université Toulouse le Mirail ; Ipealt, Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur l’Amérique Latine à Toulouse ; Dynamiques Rurales ea 1936 utm, Inp-Ensat / Ministère de l’Agriculture et de la Pêche ; Mutations des Territoires en Europe, umr 5045, Cnrs / Université de Montpellier 3.

Contact : colloque.circulation@free.fr et Cprs, Université de Toulouse le Mirail : fraixane@univ-tlse2.fr

Toutes les informations relatives au colloque sont disponibles sur le site de l’Université de Toulouse 2.

Photo : © A. Caraveo.

Résumé

Les processus de migration internationale sont aujourd’hui caractérisés par d’importantes dynamiques de reconfiguration et de complexification à l’échelle mondiale. Les facteurs qui contribuent à cette transformation des logiques migratoires se situent à plusieurs niveaux et ils agissent selon des modalités et des temporalités variées. On peut tout autant les considérer en termes de transformation des […]

Pour faire référence à cet article (ISO 690)

« « Circulations et territoires dans la migration internationale. » », EspacesTemps.net, Brèves, 2005/03/04. URL : https://www.espacestemps.net/articles/circulations-et-territoires-dans-la-migration-internationale/