Before and After, après le Ready Made, le Ready Dead.

Image1Franck Scurti expose en ce moment au Centre National de la Photographie et au Palais de Tokyo ses « éléments déjà socialisés ». A la culture chaotique de l’information généralisée, l’artiste répond par l’abolition de la distinction entre l’imaginaire et la consommation, la copie et la production, la création et la circulation des objets. Situé dans le quotidien de l’espace urbain par l’information qu’il module, l’art est une boîte à outils qui active, dans un rejeu visuel (Heineken Vision, Ready Dead, Brasão dos Lustres Estacione), des récits sociaux (The city is not a tree) par absorption et rejet des signes politiques (Socialismo o Muerte), économiques (Tractatus Logico-Economicus, Gallerie Anne de Villepoix, 2002) et écologiques (Sandwich, Café Erika), culturels ou symboliques (Caducée, Cool Memories) : « Je cherche à déstabiliser tout ce qui fait autorité, à mettre en rapport des codes sociaux et des formes artistiques, à donner du poids à des images qui n’en ont pas et à en enlever à celles qui en ont trop » (entretien Franck Scurti et Claire Jacquet, « 18% de fleurs et d’oiseaux », Le Journal, n° 18, Cnp, 2002).

L’artiste « flâneur visuel », « collectionneur tactile » (Walter Benjamin, Paris, Capitale du XIXe siècle, Cerf, 1989, p. 224, cité par Régis Durand « Notes sur l’artiste en tant que flâneur », Before and After, Cnp, 2002, p. 68), instruit le passage de l’œuvre dans le temps flottant de l’exposition, micro-événement (Untitled où le logo du Cnp est en partie accroché dans la première salle) ou micro-récit de l’objet (Paris Match), mini-dialogue des objets entre eux dans la scénographie de l’exposition, réveillant et renversant avec humour le monde dans le rêve : les semelles usagées rechapées en plan de ville (Street Credibility), le plan du métro de Tokyo sculpté à l’échelle de baguettes et de grains de riz (Subways in Tokyo), le choc urbain de la visite de The Loop (Chicago Flipper) au rythme heurté de la bille d’un flipper référé au modèle spatial de l’Ecole de Chicago.

Les expositions qui se déroulent sur trois lieux, Le Cnp, le Palais de Tokyo et le Kunsthaus Baselland, en collaboration avec la Gallerie Anne de Villepoix, sont accompagnées d’un catalogue rédigé en trois langues Franck Scurti Before and After, 2002, 28 euros.

Franck Scurti, Sans titre, (Cool Memories), 1999. Blue Jean. Dim : 37 x 40 cm. Collection du Fond National de l’Art Contemporain. © Cnp

Résumé

Franck Scurti expose en ce moment au Centre National de la Photographie et au Palais de Tokyo ses « éléments déjà socialisés ». A la culture chaotique de l’information généralisée, l’artiste répond par l’abolition de la distinction entre l’imaginaire et la consommation, la copie et la production, la création et la circulation des objets. Situé […]

Pour faire référence à cet article (ISO 690)

« Before and After, après le Ready Made, le Ready Dead. », EspacesTemps.net, Brèves, 2003/11/08. URL : https://www.espacestemps.net/articles/before-and-after-apres-le-ready-made-le-ready-dead/