Xyloglossaires.

Par-delà l’automatisme des langages critiques.

André Ourednik

Image1« Remettre inlassablement en question l’ipséité de toutes les pluralités individuelles » ; « décevoir, au sens de tromper, à travers le recours réitéré aux raisonnements rhétoriques » ; « l’auteur met à nu sans tabous les sombres catacombes de l’inconscient collectif » : voici seulement quelques phrases parmi les 23 716 combinaisons possibles du xyloglossaire artistique de Stephan Ansermet, paru ce janvier en 3e édition (Éditions Castagniééé) et intégralement consultable en ligne1.

Elles ne sont pas sans rappeler les titres des essais philosophiques automatiquement générés par l’un des automates de Charabia.net, comme par exemple « Pour une vision synthétique de l’extratemporanéité » ou encore « Quelle pertinence pour la certitude existentielle ? », suivis d’essais étendus tout aussi automatiques et dotés parfois d’une inquiétante vraisemblance.

Par-delà la prouesse technique que représentent de tels générateurs, la démarche — certainement un peu cynique — de leur création ne semble renvoyer à première vue qu’à un constat déjà daté de Cioran, du temps où ce dernier désignait, brillamment, tout grand système comme « brillante tautologie »2.

Mais au-delà de cet aspect, l’objet automatique ne pourrait-il également être perçu comme véritable instrument de réflexion menant au dépassement des langues de bois ? En effet, en démontrant l’étendue du domaine de la glose vide, ne désigne-t-il pas également l’autre espace : celui où la machine n’entre pas et où se déploie le sens véritablement humain des discours, doté d’intentions, d’espoirs et de projets ?

Il se peut ainsi qu’en désignant avec précision le futile et le contingent, l’automate nous amène à déterminer avec d’autant plus de force la dimension irréductible de notre identité.

Note

1 Le plugin Java est nécessaire pour faire usage des générateurs.
2 Émile Cioran, Précis de décomposition, Paris, Gallimard, [1949], 2000, p. 73.

Résumé

« Remettre inlassablement en question l’ipséité de toutes les pluralités individuelles » ; « décevoir, au sens de tromper, à travers le recours réitéré aux raisonnements rhétoriques » ; « l’auteur met à nu sans tabous les sombres catacombes de l’inconscient collectif » : voici seulement quelques phrases parmi les 23 716 combinaisons possibles du […]

André Ourednik

Doctorant au laboratoire Chôros (École Polytechnique Fédérale de Lausanne) il a étudié la géographie, la philosophie et les méthodes mathématiques à la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne. Il a publié notamment les nouvelles « Après » (2003, Îles sur le toit du monde : Une anthologie romande de science-fiction, revue Archipel, en collaboration avec la Maison d’Ailleurs) et « Rapport d’herméneutique minérale » (2004, revue Arkhaï), ainsi que le recueil de poèmes Chants dilettantes d'un fainéant éduqué au rythme des saisons et des manies (2002, L’Âge d’Homme). Ses recherches actuelles portent sur l’application de modèles dynamiques basés individu en géographie humaine.

Pour faire référence à cet article (ISO 690)

André Ourednik, « Xyloglossaires. », EspacesTemps.net, Dans l’air, 2006/02/17. URL : https://www.espacestemps.net/articles/xyloglossaires/