illustration : Books

Books

The Books heading gathers critical reviews of selected social-sciences books.

L’art pensable.

Rouvrir l'art, juin-juillet 2001.

Laure Olive | 01.05.2002

La réflexion sur l’art estaujourd’hui florissante, affirme le numéro de juin-juilllet 2001 de la revue Critique. Et il le démontre, à travers onze articles qui commentent et discutent seize ouvrages récents. Son titre, Rouvrir l’art, est significatif. Rouvrir l’art, c’est remettre dans le champ des questions à poser le statut et l’essence de l’art, c’est [...]

Machiavel actuel.

Gérald Sfez, Michel Senellart (dir.), L’enjeu Machiavel, 2001.

René-Éric Dagorn | 01.05.2002

« Pourquoi lit-on Machiavel ? Pourquoi prêter à cette œuvre une telle actualité ? A quelles conditions cette œuvre, qui pensait dans une autre époque, selon d’autres catégories et en d’autres termes, avec d’autres fins que les nôtres, peut-elle servir à déchiffrer notre présent ? » (p. 2). C’est autour de ces questions que Gérald [...]

Religions mondialisées.

Ariel Colonomos, Églises en réseau. Trajectoires politiques entre Europe et Amérique, 2000.

Sébastien Fath | 01.05.2002

« Dès le début de l’histoire, les croyances religieuses manifestent une tendance à ne pas se renfermer dans une société politique étroitement délimitée : il y a en elles comme une aptitude naturelle à passer par-dessus les frontières, à se diffuser, à s’internationaliser ». Ces réflexions d’Émile Durkheim, extraites des Formes élémentaires de la vie [...]

1907 : la leçon d’histoire comparée de Gustave Glotz.

Laurent Mucchielli | 01.05.2002

La réussite de l’École des Annales, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, s’est accompagnée d’un discours de rupture fondateur : celui qu’avant les années 1920, sauf quelques lointains précurseurs marginaux dans l’institution, l’histoire se réduisait à cette érudition « positiviste », ces récits de vie des chefs d’État, ces lois et ces batailles, cette [...]

Imaux.

Étienne Villain, Un Automne sans alcool, 2000.

Estelle Rauzy | 01.05.2002

Le roman d’Étienne Villain présente un personnage qui accomplit durant l’automne 1998 une cure de désintoxication orchestrée par l’association Un Automne Sans Alcool, dite aussi uasa. Cet homme se livre. Il se livre à une communication quotidienne à l’adresse de cet organisme. Par sa correspondance en forme de quasi monologue à la première personne, il [...]