‘Michel de Certeau, les chemins d’histoire’.

by Responsable éditoriale | 16.09.2002 00:00

Image1Quatrième de couverture.

Michel de Certeau est une figure intellectuelle singulière : son exigence hors du commun le pousse à traverser tous les continents des sciences humaines en pleine effervescence dans les années 1960 et 1970. A la fois jésuite, historien, anthropologue, sémiologue, théologien et spécialiste de la mystique du 17e siècle, Certeau, sans avoir été psychanalyste, aura été aussi un des fondateurs de l’école freudienne de Paris.

Outre son rapport privilégié à l’archive et son champ particulier d’investigation historique qu’est la mystique, notamment au moment de la coupure moderne du 17e siècle, Certeau a développé une très riche réflexion sur ce qu’est « l’opération historiographique ». Même si cette direction de recherche n’est qu’un aspect d’une œuvre plurielle qui s’est engagée dans la voie de l’élucidation des arts de faire du quotidien, c’est cette dimension de l’apport de Michel de Certeau qui est ici interrogée. Braconnier des savoirs, faisant jouer l’interdisciplinarité à partir de l’objet étudié, Certeau permet de mieux situer les apports de la philosophie, de la psychanalyse, de l’anthropologie et de la sémiotique à l’histoire.

Cet ouvrage se donne pour objectif d’interroger la pertinence dans l’écriture de l’histoire du temps présent d’un certain nombre de notions et de concepts utilisés par les historiens en se penchant sur le cas précis de l’œuvre de Michel de Certeau, relue à partir de la conjoncture historiographique actuelle. Après avoir été très en écart avec la pratique historienne des années 1970, elle est en effet devenue une source majeure pour tout historien de la discipline et pour toute réflexion épistémologique sur celle-ci.

Textes de : Alain Boureau, Jean-Jacques Courtine, Christian Delacroix, François Dosse, Arlette Farge, Patrick Garcia, Frank Lestrigant, Hervé Martin, Olivier Mongin, Michelle Perrot, Guy Petitdemange, Régine Robin, Michel Trebitsch, Steven Ungar, Michelle Zancarini-Fournel.

Sommaire.

Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Michel Trebitsch : Pourquoi Michel de Certeau aujourd’hui ?

Première partie. Un historien singulier.

Olivier Mongin : Une figure singulière de la pensée.

Guy Petitdemange : Le deuil impossible de la mystique.

Frank Lestringant : Lectures croisées de Jean de Léry : à propos du « bréviaire de l’ethnologue ».

Michelle Zancarini-Fournel : La Prise de parole : 1968, l’événement et l’écriture de l’histoire.

Steven Ungar : Réceptions et actualités américaines de Michel de Certeau.

Deuxième partie. Épistémologie.

Arlette Farge : Se laisser surprendre par l’ordinaire.

Hervé Martin : À propos de « L’opération historiographique ».

Alain Boureau : Croire et croyances.

Michel Trebitsch : Henri Lefebvre en regard de Michel de Certeau : critique de la vie quotidienne.

François Dosse : La rencontre tardive entre Paul Ricœur et Michel de Certeau.

Troisième partie. Critiques.

Jean-Jacques Courtine : Une anthropologie de la voix.

Régine Robin : Langue et pluralité.

Michelle Perrot : Une éthique du faire.

Patrick Garcia : Un « pratiquant » de l’espace.

Source URL: https://www.espacestemps.net/articles/michel-de-certeau-les-chemins-histoire/